Accueil > Rencontres > Séminaires > Archives des séminaires > 2016-2017 > Technique, imaginaire et société

14001700. Séance de février

Partager cette page :

David Culpepper, Doctorant en histoire des techniques (IHMC - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CNRS)

Après la Première Guerre mondiale, la France s’est trouvée avec un surplus d’avions de guerre et une force aérienne de premier rang. Suite à l’avènement d’Hitler et son parti Nazi, les dirigeants militaires français commençaient à se rendre compte de la menace réelle présentée par ses propos belliqueux et l’armée de l’air, la célèbre Luftwaffe, qu’il faisait construire. La réponse de la France était de (re)constituer ses propres forces aériennes, une tâche difficile qui rencontrerait des problèmes de conception et production. Pourtant, cette période de l’entre-deux-guerres fut une époque dans laquelle la technologie augmentait à une rapidité prodigieuse, surtout en ce qui concernait l’aéronautique. De nouveaux matériaux, de nouveaux besoins et de nouvelles connaissances dans le domaine voulaient dire que les avions et les techniques d’avant ne valaient plus rien face au monde actuel. 

Version imprimable de cet article Version imprimable
Labex Hastec
Labex TransferS
PSL
Institut d'histoire moderne et contemporaine
IHMC - UMR 8066 (CNRS | ENS | Université Panthéon-Sorbonne)
45, rue d'Ulm, 75005 Paris, France
+33 (0)1 44 32 31 52 ou 32 86 | contact-ihmc@ens.fr