Accueil > Recherches > Les axes de recherche > Axe 2. Réformes, révolutions et formes du religieux et du politique

3 - Révolution, guerre et construction de la géopolitique

Partager cette page :

La période moderne voit de profondes transformations des appareils d’Etat appuyés sur deux jambes : l’impôt et la guerre l’un nourri de l’autre. Dans ces conditions, il est évident que la révolution ne saurait passer au travers de cette interrogation centrale et dérangeante qui pose le lien entre la guerre et la naissance des Etats, voire des républiques (G. SALINERO, F. RÉGENT, H. DRÉVILLON, P. SERNA).

Il s’agit aussi d’intégrer dans ce domaine, la dimension politique de la guerre et de comprendre comment elle porte le germe de la révolution, voire la structure et la galvanise, tout en constituant sa répression potentielle. La guerre ne devient intéressante dans cette perspective que parce qu’elle offre une nouvelle compréhension de l’espace politique à l’échelle de la conquête de la « primitive globalization », que parce que, dans son extrême violence, elle met en jeu des limites humaines qui renvoie à l’identité, à la profondeur personnelle des êtres qu’elle dresse les uns contre les autres, posant par là même le problème de la marge de la violence, et de la reconnaissance de l’autre dans le conflit ou de sa négation.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Labex Hastec
Labex TransferS
PSL
Institut d'histoire moderne et contemporaine
IHMC - UMR 8066 (CNRS | ENS | Université Panthéon-Sorbonne)
45, rue d'Ulm, 75005 Paris, France
+33 (0)1 44 32 31 52 ou 32 86 | contact-ihmc@ens.fr