Accueil > Espace étudiants > Les docteurs > HOMSHAW Nicolas

HOMSHAW Nicolas

Sujet de thèse : « Caen dans ses murs, XIe-XVIIe siècle. La clôture urbaine et ses effets de paroi ».

Directeur de thèse : Hervé Drévillon.

Date de soutenance : 2 juillet 2015.

Composition du jury : Mme Michèle Virol, professeure d’histoire moderne, Université de Rouen, M. Alain Cabantous, professeur émérite d’histoire moderne, Université Paris 1, M. Nicolas Faucherre, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université d’Aix-Marseille, M. Jean-Michel Leniaud, directeur de l’Ecole nationale des chartes, M. Hervé Drévillon, professeur d’histoire moderne, Université Paris 1.

Résumé de la thèse
Un corps de pierre : tel est l’objet de notre étude. Un corps de place aujourd’hui effacé. Le fantôme d’une ville bas-normande martyrisée en 1944, dont le périmètre s’est longtemps confondu avec le circuit fortifié, non seulement urbain mais castral. Dans le travail de recherche présenté ici, c’est au cadre matériel du Caen ancien que nous avons tâché de redonner virtuellement corps. C’est l’histoire de sa transformation que nous avons tenté de retracer : six siècles et demi d’évolution entre le moment de sa « formation » au Moyen Age et les prémices de sa « déformation » au Grand Siècle. En somme, c’est à établir la morphochronologie d’une capitale provinciale que nous nous sommes essayé. Mais corréler la morphogénèse urbaine et le phénomène de l’enclôture oblige à prendre en considération les « effets de paroi » que génèrent les enceintes au cours du temps. Aussi est-ce en nous fondant sur l’examen des rapports d’ordre architectural et urbanistique entretenus par les clôtures avec le territoire citadin au gré des conjonctures politico-militaires que nous avons cherché à déterminer le(s) rôle(s) joué(s) par les enceintes dans le processus morphogénique du Caen médiéval, renaissant et classique. Au bout du compte, c’est sur la nature même de ces organes enveloppants que nous avons été conduit à nous interroger : tiennent-ils exclusivement de la « carapace » ou relèvent-ils aussi de la « chrysalide » ? De fait, opèrent-ils seulement comme une « barrière » de croissance urbaine ou agissent-ils à leur façon comme un facteur de développement citadin ?

 

 

Version imprimable de cet article Version imprimable
Labex Hastec
Labex TransferS
PSL
Institut d'histoire moderne et contemporaine
IHMC - UMR 8066 (CNRS | ENS | Université Panthéon-Sorbonne)
45, rue d'Ulm, 75005 Paris, France
+33 (0)1 44 32 31 52 ou 32 86 | contact-ihmc@ens.fr