Accueil > Rencontres > Séminaires > Archives des séminaires > 2012-2013

Histoire mondiale

Partager cette page :

Jeudi (ou autre jour) de 18h à 20h du 22 novembre 2012 au 11 avril 2013

École normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris Salle de séminaire de l’IHMC, 3e étage, escalier D

Organisé par Chloé Maurel
Contact : chmaurel @yahoo.fr

 Ce séminaire est ouvert à tous : chercheurs, post-doctorants et doctorants, étudiants de Master et auditeurs libres.

 Depuis les années 1980, le courant de la world history ou histoire mondiale a connu un vif essor outre-atlantique. A l’instar des travaux de l’Américain Patrick Manning, ce courant appréhende l’histoire avec une vision d’ensemble, en articulant études de cas monographiques et larges synthèses portant sur des aires géographiques et des périodes très vastes. Ce n’est que lentement que ce courant a pénétré en France, où il a eu du mal à s’imposer du fait des cloisonnements institutionnels, de l’habitude de travailler sur des aires et des périodes très circonscrites, et du fait d’une certaine méfiance à l’égard de ce qui pouvait être considéré comme de la simple compilation, du travail de seconde main. Pourtant, en France, il y avait eu des précurseurs de l’histoire mondiale, dès les années 1920, avec Marc Bloch et sa volonté d’histoire comparée, puis dans les années 1950 Lucien Febvre et sa vision totalisante (concrétisée par sa collection d’histoire générale « Destins du monde ») puis Fernand Braudel.
Il s’agira donc de renouer le lien entre ces deux approches (française et anglo-saxonne) et de montrer ce que peut apporter l’histoire mondiale à la compréhension du monde passé et actuel. La comparaison entre des lieux et des époques éloignés, au-delà des barrières des frontières nationales, permet souvent d’identifier des liens, des analogies, et de tirer des conclusions, qui seraient restées occultées avec une approche strictement nationale ou locale.
Il s’agira aussi de s’intéresser à des courants proches de l’histoire mondiale, comme l’histoire globale, l’histoire transnationale, l’histoire connectée, et d’examiner les liens de l’histoire mondiale avec différents autres courants comme les postcolonial studies, les cultural studies ou « études culturelles », et l’« histoire populaire » (représentée par Howard Zinn notamment). Cette réflexion historiographique et épistémologique sera enrichie par l’étude des apports d’autres disciplines : anthropologie, sociologie, économie, géographie. Cela amènera à réfléchir à la possibilité d’une histoire culturelle mondiale ou d’une histoire sociale mondiale, sur le modèle de l’histoire économique qui présente souvent un récit unifié à l’échelle mondiale.
L’histoire mondiale/globale a actuellement le vent en poupe : la World History Association organise des congrès annuels, et des réseaux d’histoire globale se sont récemment créés en Europe, Afrique, et Asie, organisant eux aussi des congrès. Des revues d’histoire globale comme le Journal of World History, le Journal of Global History, la revue allemande Comparativ, et tout récemment en France la nouvelle revue Monde(s). Histoire, espaces, relations, sont actives et font progresser le savoir dans ce champ stimulant.
Quels sont les apports de l’histoire globale ? Quels sont les récents développements dans ce champ ? Quels questionnements épistémologiques suscite-elle ? Des spécialistes de différentes disciplines répondent.

Calendrier

Jeudi 22 novembre 2012
Robert Frank, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 : « La revue Monde(s). Histoire, espaces, relations : son concept, ses problématiques, ses premiers numéros ».

Mercredi 5 décembre 2012
Pascal Ory, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 : « Les enjeux d’une mondialisation de l’histoire culturelle ».

Jeudi 13 décembre 2013
Jean-Numa Ducange, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Rouen : « L’historiographie mondiale de la Révolution française a-t-elle un sens ? »

Jeudi 10 janvier 2013
Nancy Green, directrice d’études à l’EHESS : « Histoires globales, histoires comparées, histoires transnationales : Questions de définition »

Jeudi 24 janvier 2013
Sandrine Kott, professeure d’histoire contemporaine à l’université de Genève : « Global Labour’ et l’OIT (1947-1973) dans une perspective post-guerre froide ».

Mardi 19 février 2013
Matthias Middell, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Leipzig : « Régimes de territorialisation - un aspect central de l’histoire globale ».

Jeudi 21 mars 2013
Philippe Norel, professeur d’économie à l’université de Poitiers et à Sciences-Po : « L’histoire économique globale et l’approche systèmes-mondes ».
Voir le blog Histoire Globale créé par Philippe Norel : http://blogs.histoireglobale.com/

Jeudi 28 mars 2013
Jean-Loup Amselle, directeur d’études en ethnologie à l’EHESS : « De la déconstruction de l’ethnie au branchement des cultures ».

Jeudi 11 avril 2013
Romain Bertrand, directeur de recherches en sciences politiques à Sciences-Po : « Le programme méthodologique des diverses "histoires-monde" ».

 

 

Version imprimable de cet article Version imprimable
Labex Hastec
Labex TransferS
PSL
Institut d'histoire moderne et contemporaine
IHMC - UMR 8066 (CNRS | ENS | Université Panthéon-Sorbonne)
45, rue d'Ulm, 75005 Paris, France
+33 (0)1 44 32 31 52 ou 32 86 | contact-ihmc@ens.fr