Accueil > Rencontres > Colloques et journées d’étude > Archives des colloques et journées > Événements 2010-2013

La marchandisation de l’enseignement supérieur

La marchandisation de l’enseignement supérieur dans le monde

Partager cette page :

La marchandisation de l’enseignement supérieur dans le monde

Colloque international de l’ARESER (Association de réflexion sur les enseignements supérieur et la recherche)

Vendredi 5 octobre 2012
Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 12 place du Panthéon, 75005 Paris, Salle 216 (2e étage, ascenseur à droite au fond de la cour)


Depuis le milieu des années 1990, l’histoire des universités s’est accélérée. L’emprise croissante de la doxa néolibérale sur tous les secteurs de la vie sociale aboutit à l’université, comme dans le monde de la recherche, à une dévaluation progressive des valeurs académiques comme à un recul de l’autonomie scientifique. Dans la plupart des pays, la marchandisation des savoirs se manifeste par l’explosion des frais d’inscription (et corrélativement l’endettement des étudiants et de leurs parents), une diminution des budgets pérennes des laboratoires au profit de concours sur appels d’offre, une relégation croissante de la recherche fondamentale comme de la pensée critique, une précarisation accrue des personnels notamment débutants, administratifs, techniques ou d’enseignement, un renforcement des inégalités entre établissements au nom de la course à l’excellence et au classement international, une pression accrue sur les étudiants pour une formation finalisée et accélérée. Ces politiques se traduisent aussi par un recul de la démocratie universitaire au profit d’une gouvernance autoritaire calquée sur le modèle de l’entreprise ou des administrations gérées selon les normes du New Public Management. Le désengagement de l’Etat et les divisions croissantes du monde académique s’accompagnent d’une colonisation par de nouveaux modes de gestion avec notamment la prolifération d’une novlangue managériale vectrice de nouvelles procédures d’évaluation et de classement plus ou moins arbitraires et gaspilleuses de temps et de personnel. Et - malgré leur indigence intellectuelle reconnue même par certains responsables - ces classements prennent un ascendant croissant sur des « décideurs » pressés et de plus en plus sommés par les marchés financiers de réduire à sa plus simple expression l’Etat providence, redistributeur, mais aussi éducateur, pour faire advenir un univers concurrentiel, source supposée de tous les bienfaits économiques, sociaux, intellectuels comme politiques à venir.
Ces évolutions structurelles se répercutent sur la production des savoirs. De nouvelles disciplines adaptées au nouveau cours se développent fortement (gestion, informatique, études pluridisciplinaires centrées autour de l’étude d’un objet empirique socialement préconstruit, etc.), tandis que les humanités et disciplines les plus gratuites et théoriques sont contestées ou s’étiolent, alors que les décideurs se font pourtant les chantres de la « société de la connaissance ». De même, la volonté de faire advenir des centres de recherche « d’excellence » à tout prix en plus d’une bureaucratisation croissante du métier d’enseignant-chercheur comme de chercheur aboutit à la constitution de véritables déserts scientifiques dans les lieux qui n’ont pas été distingués. Elle se révèle être aussi une puissante source de conformisme intellectuel que peine à masquer un internationalisme de façade et qui privilégie les circulations entre les pôles dominants de la société universitaire : Etats-Unis/Europe du nord-ouest/Chine/Japon/Inde comme l’indique le dernier rapport sur la science de l’UNESCO.
Cette mutation des savoirs comme de leurs conditions de production et de diffusion s’accompagne aussi, à la faveur de la récente massification universitaire, d’une reconfiguration des modalités de transmission. Si les institutions dominantes continuent toujours à dispenser, comme à produire, des savoirs généralistes à des fractions d’étudiants avancés de plus en plus privilégiés et assurés d’occuper ensuite une position élevée dans la société future, les établissements accueillant un public moyen ou plus populaire sont sommés de « s’adapter » à leur nouveau public en développant des filières professionnalisées et spécialisées censées mieux répondre aux attentes des employeurs comme de leurs étudiants. A l’instar de l’autonomie scientifique, la vocation historique à la fois généraliste, critique, voire émancipatrice, de l’université recule donc peu à peu, contribuant ainsi à l’appauvrissement généralisé de la culture comme du débat démocratique.
Afin de faire le point sur ces évolutions, de définir les spécificités nationales ou disciplinaires, comme de rendre compte des résistances qu’elles rencontrent un peu partout dans le monde, l’ARESER organise donc le 5 octobre 2012 un colloque international à Paris à l’Ecole normale supérieure qui tirera de la comparaison et du débat les fondements d’une critique rationnelle de l’état des choses et d’une redéfinition alternative d’un nouvel idéal académique.

 Programme

13h : Introduction : Charles Soulié (PARIS 8) secrétaire de l’ARESER

13h15 : Eli Thorkelson (Chicago), L’usage politique des modèles d’universités étrangères : l’université américaine aux yeux des Français.

En France, des débats récents sur la politique universitaire se sont souvent développés autour de certains « modèles d’université », notamment autour du « modèle américain ». Il est évident que l’image française de l’université américaine ne correspond jamais parfaitement à la réalité institutionnelle outre-Atlantique, mais ce qui nous intéresse ici, c’est cet écart entre modèle et réalité qui est devenu l’un des enjeux pour les acteurs français eux-mêmes. Ainsi, on rencontre souvent des critiques du style : "Vous, vous ne connaissez pas du tout le modèle américain ; c’est moi qui le connais véritablement..." Nous décrirons ici les usages récents du modèle américain dans le contexte des réformes sarkozystes de l’université française, en soulignant les conflits épistémologiques et les positions sociales qui les sous-tendent.

13h45 : Alexandre Bikbov (Russie), L’université en Russie : le prix de réussite

L’université russe représente un champ d’expérimentation économique et sociale qui révèle, sous une forme aiguisée, un futur possible de l’enseignement supérieur en Europe consécutif aux « réformes » actuelles. Après avoir subi dans les années 1990 une privatisation « noire », l’espace universitaire russe absorbe dans la décennie suivante des tentatives de régulation étatique. Loin de contrebalancer les effets hiérarchisant de la commercialisation sauvage, cette régulation les amplifie par des tentatives pour s’emparer des flux financiers. L’impératif de réduire le secteur de l’enseignement public gratuit répété par les ministres successifs de l’enseignement supérieur va de pair avec une montée de la formation payante au sein des grandes universités publiques et des taux de réussite pathologiques proches de 100% au milieu des années 2000. L’intervention retrace certaines de ces tendances qui se croisent au prix d’une reforme permanente de l’enseignement supérieur.

14h15 : Aurore Merle (Centre de recherche sur la Chine contemporaine de Hong Kong), L’université en Chine : une institution sous tension

Le « classement de Shanghai » et la présence croissante d’étudiants chinois dans les universités hors de Chine traduisent non seulement le rôle nouveau de ce pays dans le processus d’internationalisation des systèmes d’enseignement supérieur et de marchandisation des savoirs mais reflètent également les profondes transformations qu’ont connues les universités chinoises depuis le milieu des années 1990. L’objet de cette étude sera d’interroger ces mutations et de révéler les nombreuses tensions qu’elles contribuent à créer au sein des universités.

14h 45 : Pierre Vermeren (Paris 1), Les universités publiques du Maghreb peuvent-elles s’aligner sur la mondialisation universitaire ?


Au Maghreb, les universités sont confrontées à des problèmes endogènes : appauvrissement, massification, contrôle politique, questions linguistiques et concurrence privée. Elles sont en outre soumises aux exigences d’alignement sur les normes européennes. Les Etats veulent-ils et peuvent-ils les réformer à la mesure des exigences nécessaires, ou vont-ils opter pour la facilité en créant un secteur parallèle de nouveaux établissements privés ou para-publics ?

15h15 Discussion et pause

16h 30 : Donald Broady et Mikael Börjesson (Université d’Uppsala) : Oraison funèbre du modèle suédois

Paradoxalement, le système suédois d’enseignement supérieur public, qui avait la réputation d’être l’un des plus homogènes et des plus égalitaires, s’est adapté aux principes du New Public Management et aux modèles de gestions empruntés au monde des entreprises avec moins de résistance que dans de nombreux autres pays.

17h -17h30 : Annick Lempérière (Paris 1, IUF) : L’éducation supérieure comme business. Le modèle néolibéral chilien.

Le système universitaire chilien compte aujourd’hui 80% d’établissements privés. Cette situation dérive de la réforme universitaire voulue par le régime militaire au début des années 1980, qui a transformé l’éducation supérieure en marché ouvert aux investissements et à l’emprise idéologique des groupes économiques. Le Chili illustre sous une forme extrême l’évolution qu’ont connue tous les systèmes universitaires latino-américains dans les trois dernières décennies.

17h30-18h : Hans Ulrich Jost (Lausanne) : La révolution oblique des universités suisses

L’adhésion de la Suisse à la Convention de Bologne, en 1999, a permis à la Confédération de réorganiser de fond en comble le système universitaire. Sortirent gagnants de cette réforme : les deux Écoles polytechniques fédérales et certains domaines des sciences naturelles et de la médecine. Les sciences humaines et sociales, quant à elles, éprouvèrent maintes difficultés à s’adapter à la nouvelle situation. Toujours est-il que, pour qui défend l’efficience néolibérale, il s’agit d’un franc succès permettant à la Suisse de maintenir une bonne place dans la concurrence internationale des universités.

18h : Discussion générale

18h30 : Essai de conclusion, Christophe Charle (Paris 1, IUF), président de l’ARESER

Version imprimable de cet article Version imprimable
Labex Hastec
heSam Université
Labex TransferS
PSL
Institut d'histoire moderne et contemporaine
IHMC - UMR 8066 (CNRS | ENS | Université Panthéon-Sorbonne)
45, rue d'Ulm, 75005 Paris, France
+33 (0)1 44 32 31 52 ou 32 86 | contact-ihmc@ens.fr