Accueil du site IHMC

Actualités

Couverture de « Acquiring Cultures – Histories of World Art on Western Markets » Bénédicte Savoy, Charlotte Guichard, Christine Howald (dir.), Berlin, Éditions De Gruyter, décembre 2018Acquiring Cultures – Histories of World Art on Western Markets, 316 pages.

This book provides insights into the methods and places of exchange, networks, prices, expertise, and valuation concepts, as well as the transfer and transport of exotic artefacts to Europe over 300 years and across four continents. The contributions are from international experts, including Ting Chang, Nélia Dias, Noémie Étienne, Jonathan Fine, Philip Jones, Sylvester Okwunodu Ogbechie, Léa Saint-Raymond, and Masako Yamamoto.

La griffe du peintre. La valeur de l’art (1730-1820), Paris, Le Seuil, 2018. Prix Vitale et Arnold Blokh 2019 de l’INHA et de la Fondation Jean Blot.

Comment le nom de l’artiste est-il devenu un élément clef de la valeur symbolique et commerciale des œuvres ? La question est au cœur de cette enquête novatrice sur la signature en peinture.

C’est à Paris, entre les années 1730 et 1820, que se déploie cette enquête richement illustrée, lorsque s’instaurent les institutions modernes des mondes de l’art : salons et expositions publiques, ventes aux enchères, musées. Les peintres français (Jean-Siméon Chardin en tête) se mettent à apposer leur nom sur les tableaux alors même que le nom de l’artiste devient un élément clef qui organise les écrits sur l’art : critiques, catalogues, cartouches et cartels, au point qu’un contemporain constate alors, avec dépit, que les amateurs se mettent à acheter « des noms, et non plus des œuvres ».
Mais pourquoi placer ainsi son nom sur un panneau de bois ou sur une toile ? La tradition est ancienne, et remonte à l’Antiquité. Pourtant, les peintres de l’âge des Lumières surent investir le nom de significations nouvelles. À Paris, le marché pour leurs peintures s’était élargi, avec la multiplication des ventes aux enchères, et ils ne pouvaient plus se contenter des cercles étroits de la commande princière ou celle des riches élites. Il fallait susciter le désir de consommation au moment où un premier capitalisme commercial fondé sur le luxe et sur la mode connaissait un essor sans précédent avant de s’imposer aux sociétés européennes au siècle suivant. La signature fut ce lieu, dans le tableau, où la valeur pouvait se concentrer et perdurer, où le culte de l’artiste pouvait matériellement se déposer.

 

"Du droit des objets (à disposer d’eux-mêmes ?), 28 juin 2018, Colloque au Collège de France, organisé par Bénédicte Savoy et Yann Potin

Intervention intitulée : "Des oeuvres qui parlent ? Le devenir des signatures en me fecit à l’âge moderne"

https://www.college-de-france.fr/site/benedicte-savoy/symposium-2018-06-21-10h55.htm

"Subjective Sciences : A Workshop on Taste and Connoisseurship in Early Modern Europe", University College London, Michael Bycroft et Alex Wragge-Morley, 4 Mai 2018.

Intervention intulée : "Embedded Knowledge : Value and Connoisseurship around 1800".

"Value", workshop international organisé au Clark Art Institute (Williamstown, Ma), 1-5 novembre 2017.

"Atelier/ateliers", Colloque à l’Auditorium du Louvre, Samedi 18 mars 2017

http://www.louvre.fr/atelierateliers

 

 

 

 

 

Conférence à l’Auditorium du Louvre
Jeudi 24 novembre, 18h30

1785. David au Salon. Quand le public s’invite au Louvre 

 

Allthe Beauty of the World. The Western Market for non-European Artefacts (18th-20th century)

Bauakademie am Schinkelplatz, 10117 Berlin, October 13 - 15, 2016

Convenors : Bénédicte Savoy, Christine Howald (Technische Universität Berlin), Charlotte Guichard (Institut d’histoire moderne et contemporaine/CNRS, Paris) 

In the wake of the Western expansion, a fast growing number ofnon-European artefacts entered the European market. They initially made their way into princely cabinets of curiosities. Made possible by the forced opening and exploitation of more and more parts of the world and pushed by social and technological changes of the time, the eighteenth century brought a boom of the market of non-European artefacts in Europe. This came along with the emergence of a broader collectingculture and the development of a rich museumscape.

 This market and its development in terms of actors and networks involved, methods and places of exchange and monetary and ideological value of the objects are in the focus of aninternational symposium organized by the Institute for Art History in cooperation with the Center for Art Market Studies at Technical University Berlin, the Institut d’histoire moderne et contemporaine (CNRS) and the Labex TransferS (PSL) in Paris.

Keynote Lecture : Pr. Timothy Brook (Vancouver), The Economy of Taste in Ming China. Buyer and Dealer in the Art and Artefact Trade (1609-1616)

 

 

Charlotte Guichard est invitée pour les Tomàs Harris Lectures 2016 à University College London (UCL) les 17 et 19 mai 2016 : "Performing the Name".

 
 
 1. Signatures, Authorship and Autographie in Eighteenth-Century French Painting.
2. Revolutionary Signatures : Jacques-Louis David and the Politics of Authenticity.

 

 

Dernières publications :

De l'authenticité De l’authenticité. une histoire des valeurs de l’art (XVIe-XXe siècle), sous la dir. de C. Guichard, Paris : Publications de la Sorbonne, 2014 (Histoire de l’Art).
Graffitis Graffitis. Inscrire son nom à Rome, XVIe-XIXe siècle, Paris : Le Seuil, 2014 (l’Univers historique).

Accueil > Le Laboratoire > Les membres > Membres statutaires > GUICHARD Charlotte

Conférences et interventions

Conferences invitées                                                      

- University College London (UCL), Tomas Harris Lectures, 17 et 19 mai 2016 : « Performing the Name. I. Signatures, Authorship, and Autographie in Eighteenth-century French Painting. II. Revolutionary Signatures : Jacques-Louis David and the Politics of Authenticity ».

- Université Fudan, Shanghaï, 1-15 novembre 2015 : cycle de cinq conférences « Art et culture au siècle des Lumières ».

- Technische Universität Berlin, 22 juin 2015, Forum Kunst und Markt : « Jean Baptiste Lebrun and the Economy of Auctions in Eighteenth-century Paris »

- Columbia University, New York, 3 avril 2015 : « From Sgraffito to Graffiti ».

- Harvard University, Cambridge Ma., 31 Mars 2015, « Artists’ Graffiti in Eighteenth-century Rome »

- New York University (Institute of Fine Arts), New York, 27 Mars 2015, « Scratched Surfaces. Graffiti in Early Modern Rome »

- The School of Oriental and African Studies (SOAS), Londres, 28 novembre 2014. « Artists and Signatures in Early Modern Europe »,

- The Courtauld Institute of Art, Londres, 20 janvier 2014. « Why Signature Matters : authorship, autographie, and artistic Identity in 18th century Paris »,

- The Metropolitan Museum of Art, New York, 6 janvier 2014. « Amateurs and the Culture of Etching in 18th century Paris ».

- Académie de France à Rome/Villa Médicis, Rome, 15 février 2013, avec Katie Scott, « What’s in a Name ? Graffitis et signatures au xviiie siècle ».

- Deutsches Forum für Kunstgeschichte, Paris, 28 avril 2011, « Pratiques artistiques et savoirs experts. La figure de l’amateur au xviiie siècle », conférence publique et atelier de discussion, à l’invitation de Georges Didi-Huberman et de Johannes Grave.

- Cornell University, Ithaca, 28 septembre 2010, « Taste communities : the Rise of the Amateur in Eighteenth-century Paris ».

- Université de Genève, 16 mars 2010, « Les amateurs et les discours sur l’art au xviiie siècle ».

Communications non publiées dans des colloques et journées d’études

 

- « Auctorialité, autographie et présence : la signature dans la peinture des Lumières », Journée d’études La valeur de l’art, Université de Nice, 18 mars 2016.

- Participation au workshop Art Practices : Visualizing the Urban Context, organisé par Prof. Sussan Babaie, The Courtauld Institute, et Shane Mc Ausland - SOAS-UCL (The School of Oriental and African Studies-University City of London), 14 et 15 décembre 2015.

- « Naming the Artist : Attribution and Artistic Expertise at the end of the Eighteenth Century », colloque international Revolutions in Taste. Francis Haskell’s Nineteenth Century, Ashmoleon Museum and Saint John’s College, Oxford, 23-24 octobre 2015.

- « The Writer’s Hand and the Painter’s Touch. Signatures and Autographie in eighteenth-century painting », colloque international The Author’s Hand and Printer’s Mind. Towards a connected history of textual practices, European University Institute, Florence, 17-18 septembre 2015.

- « La Chine seule peut faire connaître la Chine. Transferts antiquaires France/ Chine au 18e siècle », colloque international Antiquités dépaysées au 18e siècle, Paris, Maison Suger (FMSH), 17 décembre 2014.

- Discutante au panel « Scale Matters in a global Art History », European Network in Universal and Global History (ENIUGH), 4 septembre 2014, École normale supérieure.

- « ‘Amatrice’ : les arts au féminin dans l’Europe des Lumières », colloque international Aufgeklärter Kunstdiskurs und höfische Sammelpraxis. Das Mahlerey-Cabinet Karoline Luises von Baden (1723-1783), Gemäldegalerie Karlsruhe, 10-12 septembre 2014.

- « Esthétique du griffonis au 18e siècle : l’œil et la main des amateurs », Journées d’étude, Création artistique et inachèvement, Université Lille-3, 15-16 mai 2014

- « Collections scientifiques et objets frontières au 18e siècle », Journée d’études, Histoire de l’art, histoire des sciences : quels croisements dans le champ muséal ?,Université de Poitiers, 14 mars 2014.

- « Chine/Europe : perspectives comparées sur les régimes d’authenticité », conclusions générales du colloque international organisé par le CRCAO Faux et faussaires en Chine et au Japon, 19e-20e siècles, Collège de France, 13 et 14 décembre 2013.

- « Les graffitis à Rome, 16e-18e siècle : un objet d’histoire ? », Académie de France à Rome (Villa Médicis), colloque international « Il Sacco di Roma (1527) », 12-13 novembre 2012.

- « Les signatures de Chardin. Des écritures ordinaires ? », colloque international « Taking Time : Chardin’s Boy building a House of Cards and other paintings », Waddesdon Manor (Angleterre), 14 juillet 2012.

- « D’après nature ? L’autorité de l’image dans les savoirs au 18e siècle », INHA/ENS, colloque international « De l’objectivité figurée aux objets de savoir » Autour de Lorraine Daston et Peter Galison, Paris, 30-31 janvier 2012.

- « Coquilles & co. Pratiques savantes et communautés d’amateurs », colloque international Le Pragmatisme de l’art, Institut National d’Histoire de l’art, 6-7 décembre 2010.

- « Fragonard et les jeux de la signature », colloque La signature, Université de Bordeaux-3, 17-19 novembre 2010.

- Chair « Recycling 18th century Parisian walls », Université Paris-Diderot, Colloque international « Recycling Luxury and Waste : the Afterlife of Used Thing in the Long 18th Century », 22-23 juin 2010.

- « Le Cours de Cinquante Heures de Stendhal : vers un nouveau modèle de l’amateur ? », Université de Grenoble, Stendhal historien de l’art, colloque international, 3-5 juin 2010.

- Avec Martial Guédron et Anne Lafont, « Visualité, images et savoirs 18e-19e siècles », Université Lille-3, Journée d’études organisée par le RTP « Visual Studies : les nouveaux paradigmes du visuel ».

- « Coquilles & Co : savoirs en société chez Dezallier d’Argenville », Université Lille-3, Journée d’études « Dezallier d’Argenville : écrire, collectionner, classer », 26 mars 2010.

- « Coquilles : objets-frontières et communautés de goût », INHA, Programme Fondation de France « Histoire sociale de l’art, Histoire artistique du social », 29 janvier 2010.

- « Ce que l’expertise fait à l’histoire de l’art », conclusions de la Journée de l’École doctorale d’Histoire de l’Université Paris-1 “Expertise et compétences”, 14 novembre 2009.

- « Taste Communities : Collections and Artistic Value », Oxford, Saint-Anne’s College, colloque international Saint-Aubin’s Livre de caricatures, 17-19 juillet 2009.

- « La mesure du nom ? La signature du peintre au XVIIIe siècle », Ecole Normale Supérieure, Paris, colloque international L’Art et la mesure, 3-5 décembre 2008. 

- « Politique de l’expertise sous la Révolution. Jean-Baptiste Lebrun Commissaire expert du Musée », Berlin, Centre Marc Bloch, colloque international Les Formes de l’expertise artistique en Europe (15e-19e siècles) : acteurs, pratiques, objets, 9-10 juin 2008.

- « Communautés de goût et espace public au XVIIIe siècle », Journée d’études L’espace public et l’art au 18e siècle ou Comment écrire une histoire culturelle de l’art au 18e siècle ?, INHA, 27 mai 2008.

- « Un nouveau spectacle urbain : les ventes aux enchères d’œuvres d’art à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Congrès International d’Histoire Urbaine, Material Culture and the City : Continuity and change in consumption and social life in European cities, Université de Stockholm, 30 août-2 septembre 2006.

- « L’institution de l’Amateur : la réforme académique et le moment Caylus », INHA, Journée d’étude du Centre Ledoux-Université Paris-1, « La situation des arts en 1748 », 7 et 8 juillet 2006.

- « Ecarts et appropriations. La grandeur de Rembrandt au XVIIIe siècle », INHA, Journée d’étude de l’École doctorale de Paris-1 : « La distance », 2 avril 2005 .

- « Gravures de sociabilité et identité d’amateur », Institut National d’Art et d’Archéologie, Journée d’étude du Centre Ledoux, « La gravure : quelles problématiques pour les temps modernes ? », 12 juin 2004.

- « L’amateur dans la critique de salon au XVIIIe siècle », Université de Californie, Los Angeles (UCLA), Journée d’étude sous la présidence de Thomas Crow « Making Art Public in 18th-Century France  », Congrès international des Lumières (ISECS), 3-8 août 2003 .

 

Interventions dans des séminaires

 

- Discussion du livre Graffitis. Inscrire son nom à Rome, 16e-19e siècle, Séminaire de recherche Re/lire les sciences sociales (dir. Igor Moullier), Ecole normale supérieure de Lyon, 21 mars 2016.

- « Graffitis d’artistes à Rome à l’âge moderne : filiations ou vandalisme ? », conférence invitée par l’association ALLE, Lycée Henri IV (Paris), 28 janvier 2016.

- Avec Pietro Corsi, Discussion du livre de Pierre-Yves Lacour La république naturaliste - Collection d’histoire naturelle et Révolution française (1789-1804), Centre Koyré (EHESS), 16 décembre 2015.

- « Le coup d’œil au xviiie siècle », Séminaire Art, création, cognition, École normale Supérieure (Ulm), Claude Imbert et Ségolène Le Men (dir.), 14 octobre 2015.

- « Savoir et esthétique : le coup d’œil des Lumières », Séminaire de recherche Voir/Savoir, Centre Koyré, EHESS, 21 mai 2015.

- « Histoire de l’art, histoire des savoirs : la constitution des savoirs artistiques au XVIIIe siècle », séminaire de recherche Histoire des savoirs à l’époque moderne (dir.Liliane Hilaire Pérez, Charlotte de Castelnau l’Estoile, Fabien Simon), Université Paris-7 Diderot, 14 avril 2015.

- Présentation du livre Graffitis. Inscrire son nom à Rome, 16e-19e siècle, Séminaire de recherche Approche de la recherche en histoire de l’art (dir. Nadeije Laneyrie-Dagen), ENS-Paris, 11 mars 2015.

- Présentation du livre Graffitis. Inscrire son nom à Rome, 16e-19e siècle, Séminaire de recherche Anthropologie de la signature (dir. Béatrice Fraenkel), EHESS, 4 février 2015

- Présentation du livre Graffitis. Inscrire son nom à Rome, 16e-19e siècle, séminaire commun de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine, ENS-Paris, 7 novembre 2014.

- « Le graffiti à travers les siècles. Un objet pluridisciplinaire », Séminaire Doctorants de l’Université de Paris 1, Histoire du Patrimoine et des Musées, 18 novembre 2014

réalisation de l’œuvre, Université Paris 1 (HiCSA et CRPBC), 18 octobre 2014.

-  « L’art du monde à Paris au 18e siècle », séminaire Retour des Indes. Expérience des Lointains (dir. Romain Bertrand et Antoine Lilti), EHESS/Sciences Po, 5 mai 2014.

- « Science et esthétique du coup d’œil au 18e siècle », workshop Culture visuelle et mutations des savoirs, Université Paris-1, 10 avril 2014.

-  « Le statut de la description au 18e siècle », Université de Strasbourg, Séminaire de recherche, Représenter la nature (dir. Isabelle Laboulais et Martial Guédron), 11 février 2014.

- « Marque et aura : la signature dans le tableau au 18e siècle », séminaire de recherche La signature (dir. Béatrice Fraenkel), EHESS, 21 mai 2013.

- « Arts et sciences : dispositifs matériels, esthétiques et savants dans les collections du XVIIIe siècle », Rencontres de la Manufacture des Gobelins (Paris), 22 janvier 2013.

- « Voir et faire voir : dispositifs esthétiques et cognitifs du display à Paris au 18e siècle », Ecole du Louvre, Séminaire de recherche Exposer, 22 octobre 2012.

- « L’amour de l’art est-il une passion égalitaire ? Les mondes de l’art à l’épreuve de la Révolution française », séminaire de Laurence Bertrand Dorléac, « Passions égalitaires », Science Po, Paris, 21mars 2012.

- « Autour de l’argumentation visuelle : le statut de l’image dans l’histoire des sciences », séminaire MESH Lille, 23 mars 2012.

- « Art et espace public à Paris au XVIIIe siècle », séminaire de Reynald Abad, « Histoires de Paris », Paris-Sorbonne et Caran, 21 février 2012

- « De la culture de la curiosité à l’objet frontière », séminaire « Pratiques du voyage, constructions savantes du monde, 16e-20e siècles », Marie-Noëlle Bourguet et Isabelle Surun, Université Paris-VII, 28 novembre 2011.

- Discutante de John Brewer « Expertise. Connoisseurship and the market of Old Masters », EHESS, 24 novembre 2011.

- « L’anthropologie de l’art d’Alfred Gell. Autour de la notion d’agency », séminaire « Cultures visuelles », Université de Lille 3, 7 février 2011.

- « La Bildwissenschaft : Horst Bredekamp et Hans Belting », séminaire « Cultures visuelles », Université de Lille-3, 29 mars 2010.

- « L’amateur d’art est-il un artiste ? Les usages sociaux et politiques du goût au 18e siècle », Séminaire de Jacqueline Lichtenstein Figures de l’amateur, Beaubourg/Centre Pompidou, Institut de Recherche et d’Innovation, 13 mai 2008.

-  « La signature dans le tableau au XVIIIe siècle », Université Lille-3, Séminaire Histoire du goût, des collections, du marché de l’art, 15 février 2008.

- « Entre histoire et sciences sociales : les usages du goût au 18e siècle », Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Séminaire de Jean-Louis Fabiani, « Sociologie historique des savoirs : le cas de l’attribution des œuvres d’art », mai 2007.

- « La signature dans le tableau aux 17e et 18e siècles : quelques pistes de réflexion », Musée du Quai Branly, Séminaire de Dominique Poulot, « Les Cultures du musée », 1er mars 2007.

- « Le pouvoir des musées ? Patrimoine artistique et naissance des capitales européennes, 1720-1850 », Université Rennes-2, Séminaire de Philippe Hamon, « Espaces et représentations du pouvoir », 16 décembre 2006.

- « Figures de l’amateur et collections d’Ancien Régime », INHA, Séminaire de Dominique Poulot, « Histoire du patrimoine », 5 novembre 2005.

- « Consommations culturelles et amour de l’art à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Collège de France, Séminaire de Daniel Roche, « Cultures matérielles et intellectuelles », 6 juin 2005. 

- « Arts libres et arts libéraux : vers la définition d’une pratique artistique à Paris au XVIIIe siècle », Université Paris-II Assas, Séminaire de Robert Carvais « Histoire du droit et technique », 25 mai 2004.

- « Sciences et arts. Amateurs, collections, expositions », Maison Française d’Oxford, Journée d’études « Science, institutions culturelles et villes », 13 mars 2004.

- « Le livre de raison de Joseph Vernet », Collège de France, Séminaire de Daniel Roche, « Cultures matérielles et intellectuelles », 10 novembre 2003.

- « La sociabilité des amateurs au XVIIIe siècle à Paris », École Normale Supérieure, Séminaire ENS/CNRS, « Les sociabilités en Europe au XVIIIe siècle », 22 mars 2002.

- « L’amateur : une figure polémique au XVIIIe siècle », Collège de France, séminaire de Daniel Roche, « Cultures matérielles et intellectuelles », 10 décembre 2001.

- « L’Académie royale de Peinture et de Sculpture à Paris (1648-1793) », Université de Paris-1, séminaire de Dominique Poulot, 4 mai 2001.

Publié le 11 février 2016, mis a jour le jeudi 31 mars 2016

Actualités

Couverture de « Acquiring Cultures – Histories of World Art on Western Markets » Bénédicte Savoy, Charlotte Guichard, Christine Howald (dir.), Berlin, Éditions De Gruyter, décembre 2018Acquiring Cultures – Histories of World Art on Western Markets, 316 pages.

This book provides insights into the methods and places of exchange, networks, prices, expertise, and valuation concepts, as well as the transfer and transport of exotic artefacts to Europe over 300 years and across four continents. The contributions are from international experts, including Ting Chang, Nélia Dias, Noémie Étienne, Jonathan Fine, Philip Jones, Sylvester Okwunodu Ogbechie, Léa Saint-Raymond, and Masako Yamamoto.

La griffe du peintre. La valeur de l’art (1730-1820), Paris, Le Seuil, 2018. Prix Vitale et Arnold Blokh 2019 de l’INHA et de la Fondation Jean Blot.

Comment le nom de l’artiste est-il devenu un élément clef de la valeur symbolique et commerciale des œuvres ? La question est au cœur de cette enquête novatrice sur la signature en peinture.

C’est à Paris, entre les années 1730 et 1820, que se déploie cette enquête richement illustrée, lorsque s’instaurent les institutions modernes des mondes de l’art : salons et expositions publiques, ventes aux enchères, musées. Les peintres français (Jean-Siméon Chardin en tête) se mettent à apposer leur nom sur les tableaux alors même que le nom de l’artiste devient un élément clef qui organise les écrits sur l’art : critiques, catalogues, cartouches et cartels, au point qu’un contemporain constate alors, avec dépit, que les amateurs se mettent à acheter « des noms, et non plus des œuvres ».
Mais pourquoi placer ainsi son nom sur un panneau de bois ou sur une toile ? La tradition est ancienne, et remonte à l’Antiquité. Pourtant, les peintres de l’âge des Lumières surent investir le nom de significations nouvelles. À Paris, le marché pour leurs peintures s’était élargi, avec la multiplication des ventes aux enchères, et ils ne pouvaient plus se contenter des cercles étroits de la commande princière ou celle des riches élites. Il fallait susciter le désir de consommation au moment où un premier capitalisme commercial fondé sur le luxe et sur la mode connaissait un essor sans précédent avant de s’imposer aux sociétés européennes au siècle suivant. La signature fut ce lieu, dans le tableau, où la valeur pouvait se concentrer et perdurer, où le culte de l’artiste pouvait matériellement se déposer.

 

"Du droit des objets (à disposer d’eux-mêmes ?), 28 juin 2018, Colloque au Collège de France, organisé par Bénédicte Savoy et Yann Potin

Intervention intitulée : "Des oeuvres qui parlent ? Le devenir des signatures en me fecit à l’âge moderne"

https://www.college-de-france.fr/site/benedicte-savoy/symposium-2018-06-21-10h55.htm

"Subjective Sciences : A Workshop on Taste and Connoisseurship in Early Modern Europe", University College London, Michael Bycroft et Alex Wragge-Morley, 4 Mai 2018.

Intervention intulée : "Embedded Knowledge : Value and Connoisseurship around 1800".

"Value", workshop international organisé au Clark Art Institute (Williamstown, Ma), 1-5 novembre 2017.

"Atelier/ateliers", Colloque à l’Auditorium du Louvre, Samedi 18 mars 2017

http://www.louvre.fr/atelierateliers

 

 

 

 

 

Conférence à l’Auditorium du Louvre
Jeudi 24 novembre, 18h30

1785. David au Salon. Quand le public s’invite au Louvre 

 

Allthe Beauty of the World. The Western Market for non-European Artefacts (18th-20th century)

Bauakademie am Schinkelplatz, 10117 Berlin, October 13 - 15, 2016

Convenors : Bénédicte Savoy, Christine Howald (Technische Universität Berlin), Charlotte Guichard (Institut d’histoire moderne et contemporaine/CNRS, Paris) 

In the wake of the Western expansion, a fast growing number ofnon-European artefacts entered the European market. They initially made their way into princely cabinets of curiosities. Made possible by the forced opening and exploitation of more and more parts of the world and pushed by social and technological changes of the time, the eighteenth century brought a boom of the market of non-European artefacts in Europe. This came along with the emergence of a broader collectingculture and the development of a rich museumscape.

 This market and its development in terms of actors and networks involved, methods and places of exchange and monetary and ideological value of the objects are in the focus of aninternational symposium organized by the Institute for Art History in cooperation with the Center for Art Market Studies at Technical University Berlin, the Institut d’histoire moderne et contemporaine (CNRS) and the Labex TransferS (PSL) in Paris.

Keynote Lecture : Pr. Timothy Brook (Vancouver), The Economy of Taste in Ming China. Buyer and Dealer in the Art and Artefact Trade (1609-1616)

 

 

Charlotte Guichard est invitée pour les Tomàs Harris Lectures 2016 à University College London (UCL) les 17 et 19 mai 2016 : "Performing the Name".

 
 
 1. Signatures, Authorship and Autographie in Eighteenth-Century French Painting.
2. Revolutionary Signatures : Jacques-Louis David and the Politics of Authenticity.

 

 

Dernières publications :

De l'authenticité De l’authenticité. une histoire des valeurs de l’art (XVIe-XXe siècle), sous la dir. de C. Guichard, Paris : Publications de la Sorbonne, 2014 (Histoire de l’Art).
Graffitis Graffitis. Inscrire son nom à Rome, XVIe-XIXe siècle, Paris : Le Seuil, 2014 (l’Univers historique).
Version imprimable de cet article Version imprimable