Accueil du site IHMC

Actualités

À paraître

L’Empire de l’impôt. Pouvoirs et révoltes en Allemagne aux XVIIe-XVIIIe siècles, Publications de la Sorbonne.

« Impôt d’Empire et pratiques sociales : danger, protection et fidélité pendant la Guerre de Sept Ans », à paraître dans Falk Bretschneider, Christophe Duhamelle, Guillaume Garner, Matthias Schnettger et Barbara Stollberg-Rilinger (dir.) L’historiographie du Saint-Empire à l’époque moderne : approches croisées franco-allemandes [2016].

« Résister à la justice, construire le territoire ? Les territoires immédiats d’Empire de Schwarzburg et Schönburg face aux justices impériales et territoriales, XVIIe-XVIIIe siècles », à paraître dans Martine CHARAGEAT, Pierre PRETOU, (dir.), Résister à la justice dans l’Europe médiévale et moderne, (Klinsieck) [2016].

« Les “territoires privés” en Saxe : le cas Schönburg au XVIIIe siècle », à paraître dans Christine LEBEAU (dir.), Questions sur la notion de territoire dans le Saint-Empire. Des échelles du territoire aux dynamiques de l’acteur, (Presses Universitaires de Strasbourg).

Accueil > Espace étudiants > Les docteur·e·s > RENAULT Rachel

Thèse

Sujet de thèse : « La permanence de l’extraordinaire. Fiscalité d’Empire, constructions du pouvoir et interactions sociales dans les seigneuries, comtés et principautés de Reuss, Schönburg et Schwarzburg, du milieu du xviie siècle à la fin du xviiie siècle ». 

Directrices de thèse : Christine Lebeau et Barbara Stollberg-Rilinger (Université de Münster).

Date de soutenance : 8 novembre 2014.

 

Résumé de la thèse


Mon travail se place au croisement de plusieurs champs de recherche historiographiques, portant principalement sur l’histoire des formes de pouvoir (État et seigneurie), les cultures politiques et la politisation, l’histoire de la fiscalité et l’histoire du Saint Empire romain germanique. En insérant ma recherche dans le renouveau historiographique qui a touché les institutions impériales, j’ai pu mener à bien l’histoire de l’une d’elles, jusqu’ici intégralement laissée pour compte : l’impôt. Appuyée sur une démarche résolument étayée par les sciences, ma recherche a fait surgir l’ensemble des relations sociales tissées par l’impôt, le réseau des allégeances et des dépendances, le consentement à la soumission et le refus de la prédation. Car la fiscalité, avant d’être un simple « facteur d’État », est un sismographe des relations sociales, de l’acceptation ou du refus d’un certain ordre de la domination : instrument d’affirmation du pouvoir et de prédation économique, elle est au cœur du maintien – et de la contestation – de l’ordre social et politique. Histoire de l’impôt, histoire sociale de la construction du pouvoir – étatique, seigneurial, territorial – histoire de la culture politique, histoire de la révolte antifiscale comme facteur d’espace public, ma recherche s’emploie à faire dialoguer des historiographies nationales et thématiques qui ne se rencontrent que rarement.

Publié le 18 juin 2019, mis a jour le vendredi 17 juillet 2015

Actualités

À paraître

L’Empire de l’impôt. Pouvoirs et révoltes en Allemagne aux XVIIe-XVIIIe siècles, Publications de la Sorbonne.

« Impôt d’Empire et pratiques sociales : danger, protection et fidélité pendant la Guerre de Sept Ans », à paraître dans Falk Bretschneider, Christophe Duhamelle, Guillaume Garner, Matthias Schnettger et Barbara Stollberg-Rilinger (dir.) L’historiographie du Saint-Empire à l’époque moderne : approches croisées franco-allemandes [2016].

« Résister à la justice, construire le territoire ? Les territoires immédiats d’Empire de Schwarzburg et Schönburg face aux justices impériales et territoriales, XVIIe-XVIIIe siècles », à paraître dans Martine CHARAGEAT, Pierre PRETOU, (dir.), Résister à la justice dans l’Europe médiévale et moderne, (Klinsieck) [2016].

« Les “territoires privés” en Saxe : le cas Schönburg au XVIIIe siècle », à paraître dans Christine LEBEAU (dir.), Questions sur la notion de territoire dans le Saint-Empire. Des échelles du territoire aux dynamiques de l’acteur, (Presses Universitaires de Strasbourg).

Version imprimable de cet article Version imprimable